background

Goutte froide : un phénomène météo responsable de graves intempéries

Goutte froide : un phénomène météo responsable de graves intempéries

C’est un terme que vous avez beaucoup entendu ces dernières semaines. Plusieurs « gouttes froides » sont venues perturber le temps en Europe. Un phénomène météo tout aussi important qu’une perturbation ou qu’un anticyclone pour prévoir un changement de temps. Explications.

180 morts en Allemagne, au moins 36 en Belgique… Ces dernières semaines ont été marquées par de graves intempéries en Europe de l’Ouest. Fortes pluies, orages, inondations, coulées de boue… ce temps très instable est responsable d’un bilan humain et matériel très lourd entre l’Allemagne et le royaume de Belgique. En plein été, la France a également été touchée, dans une moindre mesure, par des pluies parfois intenses et répétées. A l’origine de ces intempéries, le phénomène météo appelé « goutte froide ».

Des températures très froides en altitude

Comme son nom l’indique, la goutte froide transporte avec elle un air très froid en altitude. Ce décrochement d’air froid approche bien souvent des températures comprises entre -20°C et -35°C à environ 5000 mètres d’altitude dans la moyenne troposphère. Cette différence de température très forte entre cette altitude et les basses couches de l’atmosphère, plus douces, provoque des intempéries. Ainsi, lors de la présence d’une goutte froide sur une zone donnée, un temps instable va se développer : fortes pluies, orages, grêle, grésil, fortes rafales de vent, chutes de neige en montagne. La goutte froide, en provenance de l’Atlantique nord, apporte des conditions météo dégradées et un temps frais avec des températures inférieures aux normales de saison, notamment en été. C’est ce qui s’est passé mi-juillet avec un air froid en altitude qui est venu s’isoler durant plusieurs jours sur l’ouest de l’Allemagne.

Pourquoi un si lourd bilan ?

La particularité de la goutte froide qui a touché une grande partie de l’Europe de l’Ouest, et donc notamment la Belgique et l’Allemagne, a été de stagner de très longues heures, au moins 3 jours, sur la même zone. Elle a ainsi apporté d’importantes intempéries et des quantités d’eau parfois records sur la même zone. Il est tombé dans certains secteurs l’équivalent d’un à trois mois de précipitations en parfois 12 h, comme dans la région de Cologne qui a reçu des quantités d’eau historiques en peu de temps. Une situation devenue rapidement délicate alors que les sols étaient déjà gorgés en eau après un mois de juin très pluvieux. Cette bulle d’air froid descendant en latitude vers nos régions peut être difficile à prévoir, avec une incertitude notamment sur sa trajectoire et ses conséquences. Nombreuses sont les cultures agricoles qui ont souffert de ce mauvais temps en Europe de l’Ouest. Les pluies répétées et intenses sont ainsi responsables d’importantes pertes après un début d’année déjà difficile.

Écrit par Kévin FLOURY

Derniers articles