background

Juin 2021 : 50% de pluie en plus par rapport à la normale

Juin 2021 : 50% de pluie en plus par rapport à la normale

Après un printemps qui a joué au yoyo, le début de l’été a été très pluvieux dans certaines régions. Certaines localités ont en revanche été épargnées par la pluie, aggravant encore un peu plus la sécheresse dans certains territoires métropolitains.

Les orages ont grondé, les pluies sont tombées. Avec des passages pluvio-orageux parfois très actifs, la France a connu l’un de ses mois de juin les plus pluvieux depuis 1959. Il se classe à la 5ème place grâce à un excédent de précipitations qui atteint en moyenne… 50% ! L’instabilité au-dessus de la France a parfois provoqué d’importants dégâts dans la région de Beauvais (Oise) ainsi que de Reims (Marne), avec de fortes précipitations qui ont entrainé des inondations et des coulées de boue. Plus au sud, des orages violents accompagnés de fortes rafales de vent et parfois de grêle, ont causé des dégâts importants sur certains vignobles. Plusieurs hectares ont été endommagés, parfois totalement détruits.

La France arrosée du nord au sud…

De nombreuses régions ont reçu deux fois plus de précipitations que la normale, d’autres trois fois plus. C’est le cas sur les côtes du Cotentin, mais également entre la Touraine, la région Poitou-Charente et le département de la Gironde. Des précipitations soutenues, notamment sous les orages, ont apporté d’importants cumuls de pluies en l’espace d’une à deux heures seulement. Les disparités sont particulièrement visibles sur la carte Sencrop, offrant ici une moyenne des précipitations relevées sur les 15 000 stations du réseau.

Si les pluies sur la France ont été excédentaires sur certaines zones, certaines attirent l’attention par un manque sérieux de précipitations durant le mois de juin. Le long des côtes de la Manche, le département du Finistère enregistre un déficit de près de 20% de pluies sur la partie nord de son territoire. Un manque d’eau particulièrement visible lorsque l’on s’intéresse de plus près aux cumuls enregistrés sur la région Bretagne entre le 1er et le 30 juin dernier.

Certaines localités ont enregistré à peine 20mm de précipitations dans la région de Morlaix sur la partie nord du Finistère. Beaucoup plus à l’ouest dans les départements bretons, on relève près de 80mm supplémentaires dans le pays de Saint-Brieuc, Rennes ou encore Fougères. Même constat plus au sud, le long de la Méditerranée, avec une sécheresse qui gagne du terrain près du Golfe du Lion, principalement dans le Roussillon.

Une sécheresse qui s’aggrave également par le manque de précipitations sur l’Île de Beauté. La Corse n’a vu que rarement des nuages chargés de pluies durant le mois de juin. Certaines stations n’ont enregistré aucune précipitation, comme en Haute-Corse près de Calvi.

Le douloureux souvenir de l’été 2020

Comme cette année, le début de l’été 2020 avait été marqué par un défilé de perturbations pluvio-orageuses, avec des précipitations parfois généreuses dans certaines régions. Un temps instable vite rattrapé par la sécheresse en juillet et en août. Le Nord-Est de la France accusait à la fin de l’été un déficit de précipitations de 40%. Sur le plan national, l’été 2020 fut le plus sec jamais enregistré en France depuis le début des relevés météorologiques. 15% de déficit pluviométrique à l’échelle nationale.

Bis repetita cette année ? L’été n’est pas terminé.

Écrit par Kévin Floury

Derniers articles