background

La météo, facteur clé du développement des maladies de la vigne

La météo, facteur clé du développement des maladies de la vigne

[Article sur la problématique des maladies de la vigne]
Les années climatiques favorables aux maladies cryptogamiques de la vigne peuvent être fatales dans les vignobles septentrionaux. La lutte raisonnée s’inscrit dans une démarche de réduction d’intrants phytosanitaires tout en permettant une rentabilité économique au viticulteur.
Pour aider les viticulteurs à mieux raisonner leurs traitements, Sencrop propose aujourd’hui une gamme de stations météo connectées qui permettent d’apporter des informations climatiques en temps réel pour une approche plus précise au niveau de la parcelle. En plus, l’accumulation de données dans l’application sous forme d’historiques  et son module d’export de data permettent une analyse à l’année ou sur plusieurs années afin de mieux appréhender l’impact de la succession des événements climatiques tout le long du cycle.

Les conditions météo, facteur principal du développement des maladies de la vigne

La météo joue un rôle phare dans le développement des maladies de la vigne. La connaissance exacte des conditions météo de son vignoble s’avère clé dans la lutte contre le Mildiou ou l’Oïdium. En effet, comme toute maladie cryptogamique, les facteurs qui conditionnent son développement et sa sporulation sont la température, l’humidité et la dissémination des spores au travers du vent. Cependant, il n’existe pas de solution magique pour éradiquer ces maladies. L’objectif est de maintenir le seuil d’infection à un niveau qui permette la pérennité du vignoble et du rendement économique. Pour ce faire, il est important de comprendre la biologie du champignon à traiter afin d’adapter les pratiques culturales en accord avec ce dernier.
Parmi la gamme des capteurs Sencrop, on retrouve le Leafcrop : un capteur d’humectation foliaire permettant de mesurer l’intensité et le temps d’humectation sur les feuilles ainsi que la température et l’humidité ambiante au niveau du microclimat des vignes.

L'oïdium et le Mildiou

Développement du Mildiou

Le Mildiou est une maladie causée par l’agent Plasmopara viticola, qui peut se conserver sous deux formes ; sous forme d'œufs formés en fin de saison qui passent l’hiver au sol, généralement dans les feuilles tombées ou sous forme de mycélium, à l’intérieur des feuilles, tiges et baies.

Le cycle du mildiou se compose de deux étapes : une contamination primaire et une contamination secondaire. Pour que cette première étape ait lieu, il faut des températures moyennes supérieures à 12ºC et de la pluie (>10mm) qui permette une arrivée des spores se trouvant au sol jusqu’à la plante. Ainsi, les systèmes de conduite plutôt surélevés compliquent l’arrivée du champignon. Une fois le pathogène ayant trouvé support pour se développer, les premières tâches d’huile vont apparaître. Cependant, plus de 2 heures d’humectation avec une température favorable sont nécessaires pour la germination des spores.

Une fois les premiers symptômes observés, il est nécessaire de suivre les conditions météorologiques de près afin de trouver les bonnes fenêtres d’intervention. En effet, en fonction des pluies ou des conditions annoncées, le choix du type de cuivre à utiliser va varier. Il est recommandé l’usage d’hydroxydes de cuivre pour une meilleure action choc, cependant, attention à sa faible résistance au lessivage. A contrario, si des épisodes orageux sont annoncés, les bouillies et les oxydes cuivreux sont une solution plus adaptée.

Développement de l'oïdium

Pour l’oïdium, maladie provoquée par Erysiphe necator, les dommages entraînent une diminution de l’activité photosynthétique qui pourra se traduire par une augmentation des composés phénoliques dans le raisin ainsi que des verdeurs prononcées. De plus, une attaque sévère d’oïdium réduit la capacité de la plante à faire des réserves pour l’année suivante et complique l’aoûtement. Enfin, cette maladie peut être une porte d’entrée pour des contaminations de Botrytis. Ce champignon passe l’hiver dans les bourgeons, sous forme de conidies (forme asexuée) et sous forme de cléistothèces (forme sexuée) dans les bois. Ces dernières maturent et s’ouvrent, laissant place à des ascospores qui colonisent les tissus verts.

Pour ce faire, le pathogène a besoin d’eau libre pour germer et de températures supérieures à 10ºC. Le spectre de température optimum pour l'oïdium est relativement important, allant de 15ºC jusqu’à 27ºC. Il nécessite d’humidités relatives supérieures à 70% et n’apprécie pas l’exposition directe au soleil.

Ainsi, les travaux en vert tels les effeuillages ou la taille en vert vont permettre une meilleure aération au sein des plantes et moins d’entassement des grappes. Au moment de réaliser les traitements au soufre, il est important de choisir une formulation adaptée. La sublimation, qui est le passage d’un état solide à un état gazeux sans passer par la phase liquide, est un paramètre d’efficacité qui ne doit pas être négligé. En effet, à température égale, l’illumination est un facteur important pour la sublimation. De plus, les humidités foliaires au moment du traitement diminuent son efficacité du fait de son lessivage.

Les stations météo, un outil de prévention contre ces maladies ?

Garder un œil sur la météo est alors essentiel pour comprendre ou traiter au sein des parcelles et savoir quand traiter. Mr Marie, viticulteur adhérent à l’UGVC et utilisateur de la solution Sencrop depuis 4 ans, observe la pluviométrie et la température humide au quotidien, pendant la période de traitement. L’application Sencrop lui donne également accès à l’historique précis de la pluviométrie dans son territoire, duquel il se sert pour planifier le renouvellement du traitement suivant.

Maxime Juliard, 38 hectares de vignes à son actif et adhérent à l'UGVC, utilise les deux modèles de prévisions Météo Blue et Arpège (tous deux disponibles dans l’application Sencrop), pour définir la meilleure fenêtre de traitements. Les alertes pluviométrie qu’il a lui-même paramétrées sur l’app s’avèrent utiles pour intervenir au bon moment dans les parcelles. Il a également connecté ses stations à l’OAD Movida, ce qui lui permet alors d’évaluer avec encore plus de précision le risque d'oïdium et de mildiou.

Quelque soit le pathogène visé, d’autres variables en plus des conditions climatiques sont à prendre en compte avant l’application du produit. En effet, l’adéquation du produit au niveau de contamination est important, mais aussi la qualité du mélange et de l’application elle-même. Des gouttelettes fines permettent une meilleure adhérence aux organes de la plante et ne s’écoulent pas. En revanche, si le traitement doit s’effectuer avec du vent, la masse des gouttes doit être plus importante pour limiter l’effet de la dérive et réduire l’évaporation. Une bonne calibration du matériel de traitement est indispensable pour un traitement efficace.

Merci à Mr Marie et Mr Juliard pour avoir témoigné sur leur usage de la solution Sencrop au quotidien.