background

La pluie, la grande absente depuis plusieurs semaines

La pluie, la grande absente depuis plusieurs semaines

Si les différents records de températures ont fait l’actualité météo ces dernières semaines, l’absence de précipitations inquiète de plus en plus les agriculteurs.

92% de pluies par rapport à la normale pour un mois d’avril. Un chiffre remarquable pour Brest, capitale du Finistère (Bretagne). Un mois très sec aussi dans de nombreuses autres régions de France, comme en Auvergne, en Alsace, à Paris ou Lille… à l’inverse de la Côte d’Azur beaucoup plus arrosée. Car si une grande partie de l’hexagone a cherché la pluie durant les 4 semaines d’avril, le temps était bien plus couvert et menaçant le long de la Méditerranée. Ainsi à Nice dans le département des Alpes-Maritimes (Provence-Alpes-Côte d’Azur), on enregistre un excédent de précipitations avec un total de 122,6mm de pluies relevées durant avril. Soit 77% de précipitations de plus par rapport à la normale !

Un mois d’avril 2021 très sec à l’échelle nationale

En comparant les données Météo France depuis 1959, le mois d’avril 2021 apparaît comme l’un des plus secs. Il se place précisément à la 11ème place des mois d’avril les moins pluvieux depuis 62 ans. La carte des relevés pluviométriques Sencrop met en évidence la pointe bretonne (évoquée en début d’article), avec seulement quelques millimètres tombés durant ce 4ème mois de l’année. A contrario dans le sud-est, la région de Nice apparaît en bleu foncé.

Cumuls des précipitations réseau Sencrop, avril 2021 — © Sencrop

Ainsi par zones, on relève seulement 5mm de précipitations dans le Finistère (Bretagne) et jusqu’à plus de 100mm de pluies le long de la grande bleue dans les Alpes-Maritimes (Provence-Alpes-Côte d’Azur).

Un manque d’eau depuis plusieurs mois

L’absence de pluies remonte à de longues semaines, toujours si l’on analyse la situation à l’échelle nationale. Dans un rapport, Météo France confirme que le trimestre février-mars-avril 2021 arrive en 3ème position des plus secs en comparant les données de la période 1981–2010. « Un déficit d’environ 38% » sur ces trois mois cumulés confirme l’organisme de prévisions. Une mauvaise nouvelle, alors que Météo France a annoncé récemment que le début d’été serait « plus chaud et plus sec que la normale » sur une grande partie de la France. Les récentes conditions anticycloniques de ces derniers jours sur une large partie du pays, favorisant un ensoleillement généreux, n’ont pas arrangé la situation.

Rapport à la normale des pluies observées en 2021, période février-mars-avril — © Météo France

Après la sécheresse météorologique, il faudra surveiller attentivement le risque de sécheresse agricole, déjà redoutée par de nombreux professionnels un peu partout dans les plaines de France. Pour rappel, l’été 2020 a été le plus sec jamais enregistré dans nos régions depuis le début des relevés météo et apparaît dans le top 10 des étés les plus chauds. Le fonds d’indemnisations des pertes appelé « calamité agricole », a d’ailleurs été récemment ouvert à de nombreux exploitants agricoles à la suite de cet été exceptionnel.

par Kévin Floury

Derniers articles