background

L’été 2021 en France malmené par la pluie et la fraîcheur

L’été 2021 en France malmené par la pluie et la fraîcheur


Les intempéries auront marqué l’été 2021, la fraîcheur aussi. Avec l’arrivée de l’automne depuis quelques jours, il est temps de faire le bilan d’une saison mouvementée en France et qui a retardé de plusieurs semaines la moisson.

L’été 2021 restera dans les mémoires. En juin dernier, ce sont les orages qui grondent dans le ciel de France. Ils apporteront parfois de fortes précipitations notamment sur la façade Ouest du pays. Sans le savoir, ils annoncent un été « pourri ». Des inondations parfois importantes suivront le mois suivant. En effet, juillet restera également accroché par les intempéries avec l’arrivée d’une nouvelle goutte froide. Une sorte de petite dépression qui est venue complètement déstabilisée la masse d’air sur l’Europe de l’Ouest. Nos voisins allemands et belges en subiront de graves conséquences, avec des cumuls de pluies jamais relevés. Côté France, les épisodes pluvieux s’enchaînent. Des quantités parfois records sont enregistrées (renvoi vers l’article des pluies records). De son côté, Météo France indique que la période juin-juillet 2021 se place à la 3ème place des débuts d’étés les plus pluvieux sur le territoire, derrière 1977 et 1987. Autre fait marquant, le passage d’une tempête dans le nord-ouest de la France. Des vents surpuissants pour la saison qui atteindront et dépasseront les 140 km/h dans le Finistère en Bretagne ! Un record est même battu à la Pointe Saint-Mathieu : 146 km/h relevés au plus fort de la tempête, pulvérisant largement l’ancien record mensuel de cette station (112 km/h en juillet 2019).

carte des cumuls des précipitations sur la période juin-juillet-août, Réseau Sencrop


Le soleil souvent caché derrière les nuages


Avec cet enchaînement de mauvais temps, pas de véritable surprise côté ciel. Soleil et ciel bleu ont en effet été devancés par les nuages menaçants des dépressions et gouttes froides (renvoi vers l’article expliquant le phénomène de goutte froide). Si dans le Sud-Est l’ensoleillement a été proche des normales de saison, en moyenne, on relève en revanche un net déficit sur une large partie nord du territoire. Un ensoleillement déficitaire de plus de 10% est ainsi observé entre le 1er juin et le 31 août entre la Haute-Normandie, le sommet des Vosges et le Massif-Central, confirme Météo France. Des prévisionnistes qui mettent en évidence aussi un ensoleillement inférieur aux normales de saison sur la partie occidentale des Pyrénées.


Des températures à peu près normales


Le thermomètre semble avoir fait le yoyo durant cet été 2021. Les périodes de fraîcheur semble en effet avoir joué avec des périodes parfois de fortes chaleurs, notamment à la mi-août dans le Sud-Est de la France avec un épisode caniculaire. A l’échelle nationale, pas de grande surprise avec des thermomètres proches des normales de saison. Précisément, l’indice thermique national sur les 3 mois d’été est de 0,4°C au-dessus des normales de saison, en moyenne, en prenant comme indicateur les stations de références installées aux quatre coins du territoire.

carte des températures moyennes relevées la journée du 15 août 2021, alors que le Sud-Est de la France est confronté à une canicule.

Les températures sont en revanche restées très élevées autour de la Méditerranée et notamment en Corse. Une situation qui n’a fait qu’aggraver une sécheresse déjà omniprésente entre l’Île de Beauté et le continent.

Kévin Floury.

Derniers articles