background

Choisir son système d'irrigation

Choisir son système d'irrigation

L'irrigation agricole est une opération importante qui consiste à apporter artificiellement de l’eau à des cultures. En effet, nombreuses d’entre elles, comme le maïs, le blé ou les pommes de terre, nécessitent un apport en eau conséquent pour faciliter leur bon développement et augmenter les rendements. Il est donc nécessaire de connaître les besoins en eau de vos plantes, afin d’y apporter la quantité idéale. En fonction de la précision dont vous avez besoin, il existe divers moyens pour irriguer sa parcelle, classifiées entre irrigation de surface, irrigation par aspersion et micro-irrigation.

Or le choix d’un système d'arrosage par rapport à un autre se réfléchit selon plusieurs critères : type de culture, type de sol, facteurs économiques ou environnementaux.

https://www.encyclopedie-environnement.org/vivant/besoins-eau-plantes/

Quelles sont les différentes méthodes d'irrigation ?

  1. SYSTÈMES D’IRRIGATION DE SURFACE

Le système d'arrosage de surface est une technique qui utilise la gravité disponible dans un réseau de canaux et de rigoles. L’arrosage peut se faire par ruissellement, par submersion, par canon à eau (grâce à un enrouleur) ou encore, par le biais d’une infiltration au niveau des sous-sols les plus proches du champ que l’on souhaite irriguer.

Irrigation — Wikipédia

Irrigation par ruissellement

L’eau est apportée à partir des fossés sans être contrôlée. Cette méthode est comparable à une irrigation sauvage. Elle est peu coûteuse en matériel et en temps, mais ne propose pas une uniformité et des économies suffisantes pour être totalement efficace. Elle est généralement utilisée sur des terrains vallonnés.

Irrigation par planche

Avec la méthode d'irrigation par planches, l’eau est apportée sur des parcelles en pente et rectangulaires, avec des conditions de drainage. Les planches sont disposées dans le sens de la pente. Cette méthode est intéressante pour des sols qui ressuient lentement. Les planches sont disposées dans le sens de la plus grande pente. Cette technique est favorisée par les sols ayant une vitesse d’infiltration lente  donc favorisée par les cultures comme le riz.

Irrigation à la raie

Ce type d’irrigation ne recouvre qu’une faible partie de la surface (⅕ ou la moitié de la surface). L’eau est apportée par des raies placées dans des sillons (pour certaines cultures), et peut être gérée assez simplement. Cette méthode convient aux cultures plantées en ligne, comme le maïs. Elle permet de gérer les besoins en eau avec plus de flexibilité.

Irrigation par bassins

Ce type d’irrigation consiste en la création de bassins entourés de digues qui permettent de recouvrir la parcelle. Elle est intéressante pour des sols qui filtrent peu, aux cultures denses au au enracinement profond.

2. SYSTÈMES D’IRRIGATION PAR ASPERSION

Le système d’irrigation par aspersion consiste à reproduire, à l'aide de jets d'eau, un arrosage semblable à l'arrosage de la pluie. C’est une technique parfaite pour les grandes surfaces uniformes. Cette technique utilise du matériel d'irrigation spécifique.

Irrigation par aspersion - Agronomie

Irrigation par rampes fixes :

Elles sont efficaces là où les méthodes de surface le sont moins. Il est possible d’utiliser plusieurs types de rampes avec des asperseurs différents afin de s’adapter à la topographie.

Irrigation par rampes mobiles :

Les rampes mobiles sont une méthode efficace et précise mais demandent beaucoup de temps et de main d’œuvre. Les rampes peuvent se déplacer manuellement, ou des systèmes side roll peuvent se déplacer avec la canalisation comme axe. Elles sont adaptées pour des cultures à faible développement.

Irrigation par rampes frontales :

Les rampes frontales se déplacent parallèlement les unes aux autres et les asperseurs fonctionnent en même temps.

3. SYSTÈMES DE MICRO-IRRIGATION

La micro-irrigation : quels sont ses avantages et contraintes ?

Connue également sous le nom d’irrigation localisée, la micro-irrigation se fait au micro-asperseur ou au goutte à goutte. La parcelle à irriguer est alors quadrillée en surface par un réseau de petits tuyaux qui apportent l’eau au plus près de la plante. Il s’agit d’un système économe en eau, mais difficile à mettre en œuvre sur les grandes cultures. Ce type d’irrigation est donc davantage utilisé dans les cultures maraîchères ou les zones rurales. L’eau est apportée lentement, à fréquence, pression, et débit contrôlés.

Irrigation par micro-asperseurs

Ce sont des mini-distributeurs d’eau, positionnés à une distance plante-asperseur faible. Les phénomènes d’évaporation et de colmatage sont donc très limités avec ce procédé. De plus, il permet de lutter contre le gel et offre une plus grande flexibilité dans les arrosages.

Irrigation goutte à goutte

L’eau est apportée sur ou dans le sol. Elle est donc plus proche du système d’absorption des racines, et ne peut être mobilisée par les adventices. La fréquence d’arrosage peut être élevée afin de créer un milieu complètement humide pour la plante. C’est un système très coûteux à l’installation et qui demande une maintenance importante.

Irrigation goutte à goutte enterré

Il s'agit d'enterrer les lignes de goutte à goutte dans la zone du système racinaire afin d'élargir au maximum le bulbe humide.

Piloter son irrigation grâce à la météo connecté

L’irrigation est une étape clé pour sécuriser vos cultures et augmenter votre production . De nos jours, des capteurs sont disponibles pour vous aider à gérer et à optimiser au mieux votre réserve en eau.

Chez Sencrop, nous avons développé et breveté un pyranomètre qui calcule l’évapotranspiration (ETP) de votre sol. Ainsi, Sencrop modélise le stress hydrique de vos plantes afin d’adapter au mieux vos apports en eau. C’est un véritable outil de surveillance hydrique, par exemple pour anticiper l’arrêt de l’irrigation.

Pour choisir la méthode d’irrigation adaptée à vos besoins, il est nécessaire de prendre connaissance des avantages et inconvénients de chaque système, notamment pour éviter une saturation en eau des végétaux. Le type de culture détermine principalement le système à choisir. Mais, l’environnement extérieur et les moyens dont vous disposez spécifient la technique à adopter.

Une fois votre système installé, le pilotage de l’irrigation est l’étape suivante à gérer. Aujourd’hui, de nouvelles technologies vous permettent de prendre connaissance de la quantité d’eau disponible dans  votre sol, de suivre l’état hydrique de vos parcelles, grâce aux bilans hydriques. Ces solutions innovantes vous permettront de réaliser des économies et d’augmenter vos rendements.

Anticipez les besoins en irrigation de vos parcelles

Solution Irricrop : capteur d'irradiance Solarcrop + pluviomètre Raincrop + anémomètre Windcrop + abonnement irrigation

En savoir plus sur la solution irrigation

Derniers articles

Sencrop retenu dans la liste limitée des 23 matériels  éligibles au dispositif France AgriMer 2030 de 400 M€
Vu dans la presse

Sencrop retenu dans la liste limitée des 23 matériels éligibles au dispositif France AgriMer 2030 de 400 M€

[Communiqué de Presse] - Lille, 6 mars 2023 Pour soutenir le déploiement concret de l’innovation dans le monde agricole, le Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire a annoncé le lancement du dispositif France 2030  « Équipements pour la troisième révolution agricole ». Une enveloppe de 400 millions d’

  • Équipe Sencrop
    Équipe Sencrop
La dispersion des produits phytosanitaires et ses impacts
Météo et agriculture

La dispersion des produits phytosanitaires et ses impacts

Les conditions météorologiques lors d’un traitement phytosanitaire sont fondamentales. Pulvériser dans des conditions météorologiques non-favorables, c’est augmenter le risque de dispersion des produits phytosanitaires et donc réduire l’efficacité du traitement et exposer son environnement à une contamination. Les différents types de dispersion et l’importance de données

  • Équipe Sencrop
    Équipe Sencrop