background

Hautes-Alpes : des morceaux de prairies déplacés pour se préparer au réchauffement climatique

Hautes-Alpes : des morceaux de prairies déplacés pour se préparer au réchauffement climatique
© Jardin du Lautaret

Une équipe de scientifiques a déplacé 40m2 de prairies en 2016 pour mieux comprendre l’impact du réchauffement climatique. Les résultats ont été publiés.


40m2 de terre transportés par hélicoptère. Cette image de morceaux de prairies emportés par les airs date de 2016. À l’époque, plusieurs chercheurs ont ainsi déplacé des carrés entiers de prairies de 2450 à 1950m d’altitude dans les Hautes-Alpes. But de la grande manœuvre ? Comprendre et surtout anticiper la réaction des alpages face à un réchauffement climatique inexorable. En météo, plus on grimpe en altitude, plus la température baisse. L’idée était ainsi d’étudier l’évolution de la terre en l’amenant 500m plus bas en altitude. Impressionnant…

« Les plantes deviennent plus hautes »

Les premiers résultats sont surprenants. L’équipe de chercheurs indique qu’après 3 ans de réchauffement, à une altitude plus basse, « une modification des caractéristiques des plantes de haute montagne » est déjà observée. Selon les scientifiques, « les plantes deviennent plus hautes, les feuilles plus grandes et plus fines, et plus riches en azote ». La conclusion ? « Que les contraintes liées au climat et aux périodes sans neige sont beaucoup plus fortes en haut des montagnes », ajoutant que « le réchauffement expérimental à réduit ces contraintes ».

Les plantes ont modifié leur fonctionnement

Avec des conditions météorologiques moins rudes, les plantes présentes sur les parcelles de terre déplacées de 2450 à 1950m d’altitude « ont une croissance et un développement plus importants grâce à une meilleure utilisation de l’énergie solaire », explique le rapport du groupe de chercheurs. C’est ce que l’on appelle la photosynthèse. Une modification de leur fonctionnement qui n’est pas forcément source de bonne nouvelle. D’après l’étude, « elles ne sont pas assez performantes par rapport à leurs nouvelles voisines et seront probablement remplacées par elles à plus long terme ».
Les scientifiques ont également observés des bouleversements dans le sol, le réchauffement provoquant une augmentation des bactéries permettant aux plantes pionnières de pousser « plus vite et plus haut » comme évoqué précédemment.

D’autres expériences à venir

Mi-octobre, le groupe de chercheurs a transféré de nouveaux blocs de prairies à des altitudes intermédiaires. Une nouvelle étude qui va permettre de confirmer ou non les résultats de cette première grande expérience. L’objectif final étant « d’évaluer à quel point les changements observés dépendent de la hausse de la température ». Des études essentielles et passionnantes pour prévenir le réchauffement climatique de demain.

L’étude résumée est accessible ici : https://leca.osug.fr/IMG/pdf/results_communication_13092021.pdf

par Kévin Floury

Derniers articles

L’été avant l’heure en France : à quoi s’attendre et quels risques pour les cultures ?
Météo et agriculture

L’été avant l’heure en France : à quoi s’attendre et quels risques pour les cultures ?

Les pluies brillent par leur absence. Depuis de longues semaines, les précipitations sont déficitaires sur de nombreuses régions françaises. Une grande partie du continent européen souffre du manque d’eau, alors que l’été débutera le 1er juin prochain. Les températures sont dignes d’un plein été. Depuis quelques jours,

  • Équipe Sencrop
    Équipe Sencrop
Sencrop, leader dans la technologie du microclimat, lève 18M $ dans un tour de table mené par JVP pour accélérer la révolution digitale et environnementale agricole
Vu dans la presse

Sencrop, leader dans la technologie du microclimat, lève 18M $ dans un tour de table mené par JVP pour accélérer la révolution digitale et environnementale agricole

[Communiqué de Presse] - France (Lille), le 10 mai 2022 L'application de précision basée sur les données de Sencrop permet à plus de 20 000 agriculteurs d'avoir une vision axée sur leurs cultures des conditions météorologiques, des risques de maladies et de ravageurs et de leurs besoins en irrigation.Sencrop

  • Équipe Sencrop
    Équipe Sencrop